Juil 22, 2020

Posté par dans Spiritualité | 0 Commentaires

Le spiritisme d’Allan Kardec

Le spiritisme d’Allan Kardec

Allan Kardec a lancé le concept du spiritisme codifié ou encore de la doctrine spirite. Ce concept est né à Paris, mais s’est peu à peu répondu un peu partout dans le monde. Nous avons d’ailleurs connu des mouvements épiques à ce sujet dans diverses parties de l’Europe. Cette activité divinatoire a également connu un franc succès en Amérique latine. Mais qu’est-ce qu’est vraiment le spiritisme d’Allan Kardec ? Retrouvez la réponse dans ce guide.

Définition et étymologie du spiritisme

Le mot « spiritisme » est un mot inventé par Allan Kardec, désignant la nouvelle doctrine qu’il a mis en place en 1857 à Paris. Il se proclame ainsi codificateur du spiritisme. C’est un vocabulaire qui désigne toutes les pratiques courantes relatives aux esprits et à leur communication. L’invention de ce mot permettait donc de remédier à certaines ambiguïtés lexicales, mais sa définition vire notamment à la communication avec l’au-delà.

Le spiritisme est une doctrine spiritualiste. Il croit à l’existence de Dieu, mais aussi à l’existence des autres entités, comme des esprits, de la vie éternelle et d’autres formes d’êtres. Pour pratiquer le spiritisme, un médium se charge d’appeler et de transmettre un message avec l’au-delà et d’invoquer un esprit en particulier. La plupart du temps, c’est un défunt qui n’a pas encore fini ses missions sur Terre, l’amenant à errer sans fin.

Les principes de la doctrine spirite

Sur quoi est basée la doctrine spirite ? Il y a en effet deux principes et des lois morales à prendre en compte.

Les principes du spiritisme expérimental

Le spiritisme expérimental doit regrouper trois éléments fondamentaux, à savoir le corps physique, l’esprit et le périsprit. Ce dernier est aussi un mot inventé par Allan Kardec dans son Livre des Esprits. Il désigne notamment l’énergie du corps humain et son enveloppe.

Lors de notre existence, ces trois choses sont présentes en nues à chaque fois. En effet, c’est ce qui constitue notre corps humain en partie. Mais après le décès, ces trois éléments se retrouvent éparpillés un peu partout. L’esprit vivra éternellement, mais le corps physique va se dégrader petit à petit avec tous les conditionnements.

Les principes de la philosophie spirite

La philosophie spirite croit en Dieu. En effet, c’est lui qui a participé à la création de l’esprit et à son autonomie. Combiné dans chaque être vivant, il contribue celui-ci à trouver un chemin meilleur vers la perfection, et ce, tout au long de sa vie. Mais il y a également les esprits qui ne se sont pas incarnés et qui peuvent tout de même entrer en relation avec les vivants.

Les lois morales du spiritisme

Il existe plusieurs lois morales qui réglementent la doctrine spirite, à savoir :

  • La loi d’adoration,
  • La loi du travail,
  • La loi de reproduction,
  • La loi de conservation,
  • La loi de destruction,
  • La loi de société,
  • La loi de progrès,
  • La loi d’égalité,
  • La loi de liberté,
  • La loi de justice.

Tout sur l’échelle spirite

L’échelle spirite évoque que la mort ne contribue pas à la qualité d’un esprit. Ce dernier retiendra toujours ses personnalités de son vivant et donc ses qualités et ses défauts.

À cet effet, nous pouvons trouver toutes sortes d’espritsà savoir :

  • Les esprits imparfaits : il s’agit des esprits qui vénèrent leur passion et sont très attachés au monde matériel.
  • Les bons esprits : ce sont ceux qui acceptent leur sort et se tournent entièrement vers le monde spirituel. Ils cherchent souvent à se manifester dans la vie terrestre.
  • Les purs esprits : ce sont ceux qui n’ont plus besoin de se manifester dans la vie des vivants.

De nos jours, le spiritisme constitue une part importante de la religion au Brésil, ce qui n’empêche en rien la propagation des adeptes partout dans le monde.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *